6 juil. 2017

Arrivé jusqu'ici / Llegado hasta aquí



Quel âge avait Pedro Mairal, ce brillant écrivain (romans, contes et poèmes) Argentin de 47 ans, quand il écrivit ce poème? Peut-être 30 ans, l'âge moyen qu'atteint  un cheval…
¿Cuántos años tenía Pedro Mairal, ese brillante escritor (novelas, cuentos y poemas) Argentino de 47 años, cuando escribió este poema? Tal vez 30 años, edad media que alcanza un caballo….
 

OFRENDA Pedro Mairal
Tengo la edad en la que mueren los caballos,
la edad en la que el árbol
se ofrece entero al cielo.
Mi miedo es una fauna secreta que me busca,
del mar soy sólo un número de olas.
Tengo dientes y penas y zapatos,
tengo una fiesta eterna que a veces me convoca.
Conozco a una mujer, tal vez, salvo el misterio
de la panza de estrellas de la noche.
Yo no sé cuántos soles le quedan a mi pecho,
yo sé que ha sido bueno vivir y alzo estos años
como una ofrenda ardiendo.
Por encima del toro de sombra de los días,
por encima del asco y el miedo y los espejos,
he llegado hasta aquí.


Offrande

J'ai l'âge où meurent les chevaux,
l'âge où l'arbre
s'offre tout entier au ciel.
Ma peur est une faune secrète qui me cherche,
de la mer je ne suis qu'un nombre de vagues.
J'ai des dents et des peines et des souliers,
j'ai une fête éternelle qui parfois me convoque.
Je connais une femme, peut-être, sauf le mystère
du ventre des étoiles de la nuit.
Je ne sais combien de soleils il reste à ma poitrine,
je sais qu'il a fait bon vivre et j'élève ces années
comme une offrande brûlante.
Par dessus le taureau d'ombre des jours,
par dessus le dégoût et la peur et les miroirs,
je suis arrivé jusqu'ici.
(Trad: Colo)

26 commentaires:

  1. j'aime :-)
    évidemment, c'est un mec, il se compare à un cheval, à un arbre... ça fonctionnerait peut-être moins bien pour une femme
    (je vais peut-être le traduire en néerlandais, mais il y en a tant d'autres sur ma to-do-list ;-))
    bises et bonne journée!

    RépondreSupprimer
  2. Ah je compte sur toi pour une version féminine (sans jument;-)) alors?
    Bonne journée à toi aussi, besos.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir chère Colo, un grand merci pour ce beau poème et la merveilleuse photo d'arbres, source d'oxygène.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passée Denise, bonne journée!

      Supprimer
  4. Il a l'air tout étonné d'avoir vécu jusque là le poète ! comme s'il ne devait pas vivre plus longtemps que les chevaux. Je ne démêle pas dans quel état d'esprit il était en écrivant, c'est touffu ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, il est comme surpris, reconnaissant, effrayé...avancer en âge n'est-il pas un mélange de tout ça?
      Bonne journée Aifelle.

      Supprimer
  5. Ce poète semble tout à son être, à ses doutes, à son intériorité... 30 ans, un age de grand questionnement, je me le rappelle bien. Bises, merci Colo, à tout bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est curieux de constater que plus on vieillit, plus on se croit immortel...Un excellent week-end pour toi Brigitte, un beso.

      Supprimer
  6. J'aime ce vers : "Je ne sais combien de soleils il reste à ma poitrine".
    Y a-t-il un âge pour ce genre de bilan ? Il me semble de tout âge, à partir de la trentaine ou de la quarantaine, si on a la chance d'y arriver en bonne santé.
    Bonne soirée, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Tania, dans nos temps et en occident il semble normal de devenir vieux, mais peut-être est-ce une surprise de se lever vivant chaque jour.
      Bon, petite philosophie à l'aube...bonne journée, un beso.

      Supprimer
  7. ah enfin je te retrouve avec comme d'habitude des vers qui parlent à tous
    l'âge des chevaux ? est ce bien raisonnable ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça, raisonnable ou pas, c'est lui qui en parle!
      Bien contente de te retrouver aussi.
      Bon week-end, le plus frais possible.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Merci à toi Nikole, bonne journée.

      Supprimer
  9. Oh j'aime ça... du doute, du désordre, de la force ressentie, et l'envie d'embrasser tout tout tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, chouette alors! Ce mélange d'images, de sentiments, qui sont la vie elle-même!
      Bonne semaine Edmée.

      Supprimer
  10. Un poème qui interroge, mais le doute nous aide à nous construire. Peut-être a-t-il songé à mettre fin à ses jours, alors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait Danièle?
      Doutes mais joies aussi, l'un aidant l'autre...
      Passe un bel été.

      Supprimer
  11. J'aime quand vous me faites découvrir des poètes. Merci pour celle là.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  12. Faire ainsi un point poétique sur sa vie, se situer sur l'échelle du temps, celle qui nous rappelle qu'il n'a pas la même valeur pour tous les êtres vivants; vivre dans l'incertitude et le dire avec une belle formule, pleine d'optimisme , ce n'est pas donné à tout le monde : Yo no sé cuántos soles le quedan a mi pecho,"
    Merci pour cette découverte intéressante, le regard de quelqu'un qui mord à pleines dents dans la vie...malgré les peines traversées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toujours tu analyses si bien!
      Merci.

      Supprimer
  13. Un merci à la vie, chemin bien parcouru malgré les pierres et les miroirs où l'on préfère ne pas se voir.
    Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christian, je n'ai pas lu de romans de lui, certains sont traduits en français...
      Bon dimanche

      Supprimer
  14. J'aime bien l'image de l'arbre qui s'offre tout entier au ciel...
    C'est la confiance !
    Et bien sûr tout le poème, c'est magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un très belle image, en effet Marcelle!
      merci de ta visite

      Supprimer