18 mai 2017

Idiote ma poule? / ¿Idiota mi gallina?


Dans un jardin où des orangers procurent de l'ombre, un beau poulailler; une vingtaine de poules et quelques coqs.
Depuis sa prime jeunesse une des poules, libertaire et têtue, ma préférée, a décidé que le terrain qui leur est alloué est ..monotone? Toujours est-il que ses excursions sont journalières. Dernièrement, (nous faisons des travaux de rénovation dans la maison), elle s'héberge pour pondre dans un endroit charmant...


Stupides les poules? F.García Lorca semble le penser,
Voici une partie d'un récit, un peu surréaliste, écrit par lui pour des enfants.

En un jardín donde unos naranjos proporcionan sombra, un bonito gallinero; unos veinte gallinas y unos gallos.
Desde su tierna juventud una gallina, libertaria y testaruda, mi preferida, ha decidido que el terreno que les está asignado es---¿monótono? El hecho es que sus excursiones son diarias. Últimamente (hacemos unas obras de renovación de la casa), se alberga para poner su huevo en un sitio encantador...


¿Estúpidas las gallinas? F. García Lorca parece pensarlo.
Aquí una parte de un relato , algo surrealista, escrito por él para los niños.

La Gallina                      La Poule
Federico García Lorca  (Trad:Colo)
 
Había una gallina que era idiota. He dicho
idiota. Pero era más idiota todavía. Le
picaba un mosquito y salía corriendo. Le
picaba una avispa y salía corriendo.
Le picaba un murciélago y salía corriendo
.…
Il y avait une poule qui était idiote. J’ai dit
idiote. Mais elle était encore plus qu'idiote. Si la
piquait un moustique, elle partait en courant. Si la
piquait une abeille, elle partait en courant.
La piquait une chauve-souris, elle partait en courant.
------
La gallina idiota odiaba los huevos. Le
gustaban los gallos, es cierto, como les
gusta a las manos derechas de las personas
esas picaduras de las zarzas o la iniciación
del alfilerazo. Pero ella odiaba su propio
huevo. Y sin embargo no hay nada más
hermoso que un huevo.

La poule idiote détestait les œufs. Elle
aimait les coqs, c’est vrai, autant qu’aiment
les mains droites des gens ces
piqûres de ronces ou une
piqûre d’épingle. Mais elle détestait son propre
œuf. Pourtant il n’y a rien de plus
beau qu’un œuf.

Recién sacado de las espigas, todavía
caliente, es la perfección de la boca, el
párpado y el lóbulo de la oreja. La mejilla
caliente de la que acaba de morir. Es el
rostro. ¿No lo entendéis? Yo sí. Lo dicen los
cuentos japoneses, y algunas mujeres
ignorantes también lo saben.
  
À peine sorti des épis, encore
chaud, c’est la perfection de la bouche, de la
paupière et du lobe de l’oreille. C’est le
visage. Vous ne comprenez pas? Moi si. Les
contes japonais le disent, et certaines femmes
ignorantes le savent aussi.

No quiero defender la belleza enjuta del
huevo, pero ya que todo el mundo alaba la
pulcritud del espejo y la alegría de los que se
revuelcan en la hierba, bien está que yo
defienda un huevo contra una gallina idiota.
...
Je ne veux pas défendre la faible beauté de
l’œuf, mais comme tout le monde loue la
propreté du miroir et la joie de ceux qui se
roulent dans l’herbe, il est bon que je
défende un œuf contre une poule idiote.
...


36 commentaires:

  1. elle me fait bien rire, ta poule pondeuse frondeuse :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a beaucoup amusé les maçons aussi!

      Supprimer
  2. Très drôle, ta favorite, le texte aussi.
    Bonne continuation et grande patience pour tes travaux, chère Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bétonneuse manquera à ma favorite...où va-t-elle pondre après?;-)
      Bonne journée dame Tania

      Supprimer
  3. Loin d'être idiote, voici une poule indépendante, qui se fiche du qu'en dira-t-on avec superbe et se mérite ainsi affection et bons petits coins!

    Ce qui me rappelle qu'hier une amie m'a dit avoir eu une chatte qui, lorsqu'elle a eu une portée, contrairement à la légende, ne faisait que le strict minimum pour ses petits, contrainte et forcée et avec une seule hâte : qu'ils grandissent et s'en aillent! :) Deux de ses filles sont restées avec elle, et si en mère elle faisait pitié, en copine elle était charmante avec ses filles :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voyez-vous ça, une chatte bonne copine! De quoi remettre le sens "inné" de l'amour maternel en question...
      Bon week-end Edmée.

      Supprimer
  4. Ces histoires de poulettes m'ont réjouie, merci Colo. J'ai beaucoup d'affection pour les originales ou les originaux, ils me font rire et je les en remercie, c'est un cadeau qu'ils nous offrent. Bises et doux week end à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Plumes d'Anges, j'aime beaucoup les observer les poules-coqs, vifs et malins, ils sont amusants, souvent cruels aussi...
      Bon weekend à toi aussi, amicalement.

      Supprimer
  5. Peur de l'oeuf, peur du neuf,
    peut-être...
    Belle truculence garciallorcienne :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait? Mais pas peur du ciment....étrange.
      Bonne journée señor K.

      Supprimer
  6. J'ai beaucoup d'estime pour les poules et je ne peux les considérer comme des idiotes....
    Bon week end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh elles sont très malignes et vives!
      Bon week-end à vous aussi.

      Supprimer
  7. ça fait un bien fou de sourire le matin au réveil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles!
      Les maçons riaient tant et tant en arrivant tôt le matin.

      Supprimer
  8. beaucoup d'humour et de gaieté autant dans le poème que chez ta poule coquine!
    Chez ma mère j'ai connu un poulet qui aimait notre compagnie et voulait assister aux repas au plus près.
    Sais-tu que ma grand-mère mettait parfois les œufs à couver... sous l'édredon de plumes , bien chaud!
    Quant aux endroits improbables pour la pondaison des poules...combien de fois avons nous vu les poules revenir avec leur couvaison!Il faut dire qu'elles étaient élevées en grande liberté, les propriétés traditionnelles des Landes n'étant pas clôturées.
    Je t'embrasse, mère poule!eh eh!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poulet de compagnie, voyez-vous ça! C'est rigolo.
      Je crois que c'est dans une nouvelle de Maupassant qu'un fermier reste au lit en gardant les oeufs bien au chaud, les mini poussins aussi...
      Ce lundi vont naître (couveuse) une trentaine de poussins...mère poule (moi) sera bien occupée, hihihi.
      Je t'embrasse en riant chère amie.

      Supprimer
  9. Elle a un esprit original et très indépendant ta poulette ; et on ne l'en blâmera certainement pas ! La petite histoire est drôle, on sent que l'auteur s'est bien amusé lui-même. Bon week-end Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes pas! Si elle pouvait en plus nous écrire une nouvelle...!
      Bon week-end à toi aussi chère Aifelle.

      Supprimer
  10. Elle est trop rigolote, hi!!!!!!!! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, elle me fait beaucoup rire!

      Supprimer
  11. Bonjour Colo, la poule m'a l'air à son aise. Je ne suis pas sûre qu'elle soit idiote. Et puis elle est utile rien que pour les oeufs. Bon dimanche à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dasola, elle est très maligne celle là!
      Et rien ne vaut, à mon avis, un bon oeuf tout frais.
      Bon dimanche à toi aussi.

      Supprimer
  12. Mais vous avez une lignée de poules frondeuses .. je me souviens l'an passé, l'une d'entre-elles vous avait caché sa ponte, sa couvée, et ce n'est que le poussin bien né que vous vous êtes aperçus de l'heureuse naissance... mélanchoneta !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Oli, avoue que ces frondeuses sont bien plus intéressantes que celles qui restent en groupe...et oui, on a des surprises...de mère en fille??
      Bon dimanche, besos

      Supprimer
  13. J'ai aussi besoin de quelques excursions, découvrir de nouveaux horizons mais un peu plus poétiques que celui choisi par ta poule. Délicieux texte de Garcia Lorca qui me fait fait remonter au temps de mes cours d'espagnol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que la poule s'y sent en sécurité et puis il y fait chaud, deux facteurs non négligeables!
      Bonne semaine Chinou.

      Supprimer
  14. L'histoire vous fait bien rire, ha!
    Moi aussi, Colo ! Merci à toi !
    (Mais fait t-elle rire les enfants ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bihn An, je crois que déclamée avec un certain emphase ce poème devrait faire rire les enfants aussi qui ont une grande imagination!

      Supprimer
  15. Merci chère Colo pour ce joli texte et drôle, j'ai bien ri et ta poule est bien rigolote :-) Comme quoi, on s'attache aussi à une poule.
    Douce soirée avec mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est fort amusant. Ce matin les ouvriers ont emporté la bétonneuse et la pauvre poule errait comme une âme en peine...je n'ai pas trouvé son oeuf!
      Bonne soirée à toi aussi.

      Supprimer
  16. Je suis triste que la bétonneuse ne soit plus là, il va falloir que tu inventes un nid qui lui ressemble. Elle n'est pas idiote mais inventive, créative, c'est un esprit libre...♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui me sens parfois idiote en recherchant le confort de nos animaux mais bon....voyons ce que cet esprit libre trouve aujourdhui!;-))

      Supprimer
  17. C'est amusant :-)
    Séparatisme avec alibi en béton !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu!
      Parfois, tout nous est refuge...

      Supprimer
  18. La poule semble toujours idiote, sa tête fait penser à une femme aigrie. Comme c'est amusant cette photo avec la poule dans le pot vide. Bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Elisabeth, c'est une bétonneuse, pas un pot...la sotte de poule!
      Bon week-end à toi aussi

      Supprimer