20 avr. 2017

Doutes et amples horizons / Dudas y anchos horizontes



Quand j'arriverai à la vieillesse
-si j'y arrive-
et me regarderai dans le miroir
et compterai mes rides
comme une délicate orographie
de peau distendue.
Quand je pourrai compter les marques
qu'ont laissé les larmes
et les préoccupations,
et que déjà mon corps répondra lentement
à mes désirs,
quand je verrai ma vie enrobée
de veines bleues,
de profondes cernes,
et que je lâcherai ma chevelure blanche
pour m’endormir tôt
-comme il se doit-
quand viendront mes petits-enfants
s’asseoir sur mes genoux
rouillés par le passage de tant d’hivers,
je sais qu’encore mon cœur
sera -rebelle- à tictaquer
et que les doutes et les amples horizons
salueront aussi
mes matins.
(Trad: Colo)
*André Derain -  Madame Matisse au kimono



Desafío a la vejez Gioconda Belli
Cuando yo llegue a vieja
-si es que llego-
y me mire al espejo
y me cuente las arrugas
como una delicada orografía
de distendida piel.
Cuando pueda contar las marcas
que han dejado las lágrimas
y las preocupaciones,
y ya mi cuerpo responda despacio
a mis deseos,
cuando vea mi vida envuelta
en venas azules,
en profundas ojeras,
y suelte blanca mi cabellera
para dormirme temprano
-como corresponde-
cuando vengan mis nietos
a sentarse sobre mis rodillas
enmohecidas por el paso de muchos inviernos,
sé que todavía mi corazón
estará -rebelde- tictaqueando
y las dudas y los anchos horizontes
también saludarán
mis mañanas.



*André Derain (Chatou, 1880 - Garches, 1954) peintre fauviste, grand ami de Matisse.

47 commentaires:

  1. Oh que c'est beau. Touché en plein coeur !
    Grand merci Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gioconda a réussi à nous toucher, des mots simples, vrais..avec plaisir K!

      Supprimer
  2. Plutôt vieillir en couleurs, n'est-ce pas ? Et rebelle dans le bon sens du terme... Merci, Colo, pour ce défi à renouveler, oui, chaque matin de notre vie.
    (Quant à s'endormir tôt, ce n'est pas le cas de ma mère qui à plus de 90 ans va se coucher de plus en plus tard.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma belle-mère se couchait très tard aussi pour ne être éveillée à 4h du matin; comme beaucoup de gens âgés elle dormait peu....mais somnolait les après-midi. Couleur du jour, celle du sourire!

      Supprimer
  3. je crois que c'est une des choses qui me plairont le moins, que "mi cuerpo responda despacio a mis deseos"
    mais bien sûr il faut se dire que vieillir est un privilège :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là, je suis déjà bien plus lente qu'à mes 40 ans!!! Toi pas?:-)
      Bonne journée chère Adrienne

      Supprimer
  4. Quel beau poème. Je peux m'en approprier des passages et la lenteur je connais et elle s'aggrave ! Je fais partie de la tribu des couche-tôt, j'aimerais renverser la tendance, je me réveille trop tôt, mais rien à faire, je n'y arrive pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une siesta peut-être?
      En ce moment l'important est de pouvoir vieillir encore un peu sans doute!
      Un beso

      Supprimer
  5. j'aime cet hymne à l'âge
    Dis moi les genoux rouillés ! tu l'as traduit pour moi là ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je trouvais trouver des poèmes qui arrangent tes genoux, j'en traduirais cent sans hésiter ma belle !

      Supprimer
  6. Tellement bien dit... tendrement dit aussi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu le trouves bien ce poème !
      Bon week-end Edmée

      Supprimer
  7. Bonjour chère Colo, un grand merci de ce magnifique poème. Et oui, les marques de la vie sont le lot pour chacun de nous mais j'accepte les rides :-)
    Douce fin de journée et mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les rides ont cet avantages qu'elles ne sont pas douloureuses...
      À chacun son lot comme tu dis, je t'embrasse

      Supprimer
  8. Coucou chère Colo, je viens de lire dans un de mes billet d'avril 2015 et dans ton commentaire, je lis que ton anniversaire était le 21 avril... c'est avec un jour de retard que je t'envoie mes meilleurs voeux. Je te souhaite de tout coeur un bel anniversaire et tout le meilleur pour toi :-)
    De gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, coquine! Mais merci beaucoup, ça me fait grand plaisir-
      De gros besos pour toi aussi!
      (nous faisons des travaux dans la maison en ce moment et je n'ai quasi pas accès à mon ordinateur...j'espère pouvoir bien vite retourner sur les blogs.)

      Supprimer
    2. Bon anniversaire un peu décalé alors 😊
      Et avril, un TRES BON MOIS 😉😉

      Supprimer
    3. Merci K!
      Un bon mois, c'est très vrai mais...voyons...c'est aussi ton anniversaire?¿?¿?

      Supprimer
    4. En avril ? oui !(passé)

      Supprimer
    5. Un mois vraiment spécial alors:-)

      Supprimer
  9. C'est beau et paisible, on aurait presque envie de vieillir plus vite... Je rigole, bien-sûr ! Bel anniversaire Colo, ma sœur ainée a eu 64 ans le 21 avril, c'est une belle date. Bises et doux week end. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, tu me fais rire!
      C'est amusant que ta soeur et moi partagions le jour et l'âge!;-))
      64 est un âge qui me plaît, et mon voeux serait de rester comme je suis...je rigole aussi, car il faudrait beaucoup de magie pour y arriver, non?
      Besos et bon dimanche.

      Supprimer
  10. C'est courageux et lucide en somme d'écrire ces vers. Je ne pourrais pas écrire sur ma vieillesse. Joyeux anniversaire ! Denise l'a écrit plus haut. Bon week end et merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Elisabeth, je ne sais si c'est courageux, mais j'ai trouvé que c'était beau et doux.
      Merci, merci, et très bon dimanche à toi aussi.

      Supprimer
  11. Bon anniversaire ! Et un grand merci pour ce poème lu en ce dimanche matin tout ensoleillé.
    A très vite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci Bonheur! Chaque année il me semble que c'est un miracle celui de pouvoir fêter un autre anniversaire, alors vieillir, c'est un cadeau.
      Soleil ici aussi, pas chaud mais lumineux. Bon dimanche.

      Supprimer
  12. J'aime bien cette poésie, elle donne envie de vieillir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh poco a poco Alexandre, c'est inéluctable...
      Merci d'être passé.

      Supprimer
  13. BON ANNIVERSAIRE, avec du retard et de tendres baisers ! Pfff moi c'est bientôt, la taurelle après la bélière.

    (la photo de l'article, c'est qui c'est quoi... ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. UN tout grand merci Nikole! Le 21 on passe au taureau je crois, donc nous voilà réunies;-))

      (La dernière photo?...si c'est le cas, je l'ai trouvée sur la Toile, elle illustrait je crois un article sur les villages reculés en Espagne)

      Supprimer
  14. Bien écrit et traduit, il me parle moins celui-ci, mais j'en retiens qu'autant les doutes que les larges espérances nous suivent toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être ne vous imaginez-vous pas lâchant votre chevelure blanche? ;-))
      Bonne semaine Christian, à bientôt.

      Supprimer
  15. Avec du retard mais de tout coeur, Bon Anniversaire Colette ♥♥♥ J'ai deux amies d'enfance qui sont nées ce jour :-)
    Beaucoup de tendresse dans ce poème. Et un coup de coeur tout particulier pour la toile en noir et blanc. J'ai d'abord cru que c'était une photo.
    PS
    Le poème me fait penser au livre que je viens de terminer, il a pour thème le grand âge, au fil des saisons...J'ai beaucoup aimé.
    Véronique de Bure

    RépondreSupprimer
  16. Oups ! Le titre du livre :"Un clafoutis aux tomates cerises" Véronique de Bure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Fifi! Je ris en te lisant en me demandant ce qu'est "le grand âge" car dernièrement on m'a dit plusieurs fois "vous êtes jeune"!!! Il est vrai que quand ma mère est décédée, à 76 ans, on me disait ici que c'était jeune pour mourir...

      Je note ce clafoutis si tentant, muchas gracias.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  17. l'héroïne du livre a 90 ans :-)

    RépondreSupprimer
  18. Rebelle, oh que oui, et depuis l'enfance ! ;)
    Mais le corps change sa petite chanson, comme une horloge dont les rouages "couinent" et nous rappellent que les articulations n'ont plus la souplesse d'antan.
    Je n'y croyais pas bien plus jeune, mais l'âme demeure d'une extrême jeunesse, et pour moi, j'ai arrêté de grandir à 25 ans. Quand on "s'aime", on a toujours 25 ans...
    Oui, mais tous les matins ne chantent pas légers et joyeux... tout de même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais rire! Oui, la mise en marche matinale devient souvent lente et "pestante". Mais à midi on s'envole, n'est-ce pas chère Lou!?¿
      besos

      Supprimer
  19. Oui c'est un très beau poème mais comme elle est touchante aussi cette photo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très touchante, oui.
      Bon week-end Kwarkito

      Supprimer
  20. bonsoir colo, merci encore pour nous faire découvrir ces petites perles. Cela doit te procurer une grande satisfaction, et à nous aussi. ce poème sur la vieillesse me fait penser énormément au livre que je lis actuellement "l'age de pierre" ou là non plus on ne joue plus. à bientôt de te relire colo. Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Claude, tu as raison, quand je lis un poème qui résonne en moi, je me mets au travail, traduis, retouche, corrige et suis enchantée quand j'arrive à un résultat qui me satisfait...ce qui n'est pas toujours le cas!!
      Je ne connais pas l'âge de pierre mais m'en vais y jeter un coup d'oeil. Grand merci et très belle journée chère Claude.

      Supprimer
  21. J'ai pensé à un poème que j'ai écrit pour mes 60 ans ;-)
    Zoé en automne
    Vous connaissez ces automnes
    qui semblent plus beaux que l'été?
    Il n'y a plus cette chaleur accablante,
    mais une lumière dorée, un frémissement doux et tendre
    du feuillage qui virevolte.
    Les fenêtres encore fleuries étalent leur joie de vivre.
    Le matin, les prairies diaprées, habillées d'écharpe de brume,
    enchantent le paysage.
    Un bonheur têtu, étonné d'être encore là,
    s'accroche aux sourires des passants.
    C'est ainsi que Zoé aborda la soixantaine,
    avide de récolter les fruits de l'été.
    Loin des esprits enrégimentés par les disciplines
    de beauté et de jeunesse.
    Zoé, comme toujours, fait fi des préjugés, des a priori.
    elle sème à la volée des graines de confiance et la joie
    prend racine dans le terreau accueillant de ses pensées.
    Zoé avance et découvre encore et encore,
    elle réinvente les lendemains.
    Pourquoi pas ?

    C'était ma façon à moi d'aborder ( le grand âge) hi hi hi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce joli poème te ressemble Marcelle, plein de gaieté et de fantaisie.
      Un tout grand merci.

      Supprimer
  22. Merci Colo, je passe souvent mais ne commente pas toujours. Occasion de dire ici le pur plaisir de lire les poètes que j'aime à la fois traduits et, quand on peut, dans le texte.
    Celui-ci percute particulièrement la presque septua que je suis (et j'ai le culot de trouver ça excitant, en plus).
    Où l'on s'aperçoit qu'on est assez nombreux - je devrais dire : nombreuses - à chanter notre vieil âge. Optimistes, les femmes ? Dépositaires plutôt d'une antique sagesse, qu'elles enclosent depuis leur enfance et font éclore le moment venu ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Taulière!
      Oui, je pense que les femmes, en général, assument assez bien cet âge mûr puis très mûr et flétri. Une paix s'installe, un brin de folie aussi, si gai à vivre.
      Merci d'être passée en mots aussi:-)
      Bonne soirée.

      Supprimer